Rechercher
  • Dominique Hoeltgen

Quand le rêve devient réalité

Dernière mise à jour : 26 déc. 2021


23-12-2021

Au fil des années, les protégées de Gift nous ont confié leurs espoirs et leurs visions. Aujourd’hui, les plus grandes travaillent et réussissent à se tracer une vie hors de leur bidonville.


Leurs rêves les mèneront loin de Jamrushinagar, cette colline encrassée sur laquelle se pressent des abris de bambous et de plastique. Elles seront infirmières, banquières, architectes. Elles changeront le monde autour d’elles et construiront une vraie maison pour leur famille. Et voilà que grâce au support de Gift qui les soutient et prend soin de leur santé, de leur éducation, de leur nourriture, de leur environnement, les rêves deviennent réalité.


Juhi sourit de bonheur. Fin novembre, elle a épousé l’homme de sa vie, un mariage d’amour accepté par les familles. Elle était toute gamine quand en 2011 elle a commencé à fréquenter le vieux bus qui servait alors de lieu d’accueil pour les petites. Sponsorisée, elle a été une des fidèles de GIFT, a connu tous les déménagements du centre d’accueil, a suivi avec intérêt ses études. A 17 ans, elle rêvait de devenir hôtesse de l’air jusqu’au jour où elle s’est rendu compte qu’étant de taille trop petite, elle ne serait jamais embauchée dans une compagnie. Ce fut l’occasion de changer de cap, et de se diriger vers l’hôtellerie. Après trois ans d’études, elle vient d’ouvrir son propre business de confection de pâtisseries. Elle donne aussi des cours de cuisine, la gourmande !


Son amie Bharti a aussi fréquenté le bus de GIFT à ses débuts.

Elle se souvient des jeux, des danses, dans cet espace résonnant des rires des petites. Elle a oublié la chaleur qu’il y régnait parfois. Après des études secondaires réussies, elle a choisi la même filière hôtelière dont elle est sortie diplômée en 2020, fière de porter sa toge de chef devant les fourneaux. Elle cherche un bon emploi dans ce secteur et en attendant accepte des commandes de plats et gâteaux qu’elle livre à domicile.


Sanjeevani a toujours été considérée comme brillante, intelligente et prompte à rendre service.

Après ses études secondaires, elle a souhaité devenir infirmière. Après sa formation professionnelle, elle a été employée à l’hôpital Hinduja, un des grands centres de soins de Mumbai. Sa carrière a été interrompue brièvement par son mariage. Mais elle a su convaincre mari et belle-famille de reprendre son métier qu’elle a repris à l’hôpital Tata, l’un des meilleurs établissements de soin de Mumbai.


Suivie par GIFT depuis son plus jeune âge, Geeta a une passion : le design et l’architecture.

A la fin de ses études secondaires, elle a suivi un cours de design d’intérieur. Quelle belle revanche sur la vie pour qui a vécu entre des gamelles s’entassant sur des bidons dans des intérieurs éphémères recouverts d’une bâche plastique bleue ! Elle a poursuivi sa formation en informatique spécialisée en design. Et maintenant tout en cherchant un emploi correspondant à ses attentes, elle gagne sa vie en travaillant dans un call center.


Suchita a rejoint GIFT quand elle était au lycée. A 17 ans, elle nous confiait son passe-temps favori : « j’aime lire le Mahabharata et apprendre la constitution indienne.

Je deviendrai experte-comptable, comme je l’ai promis à mon père avant qu’il ne décède. » Elle a terminé avec succès un master de commerce et travaille aujourd’hui dans une société d’expert-comptable.


Et il y a encore Prianka qui après avoir réussi ses études supérieures, travaille aujourd’hui comme assistante administrative d’une société commerciale en gros. Et Neha qui diplômée en Arts en 2020 a commencé à travailler comme influenceuse pour une société de marketing.

Influencer les jeunes, les guider, les accompagner jusqu’à l’accomplissement de leurs rêves : ce chemin se fait grâce à l’équipe de GIFT, grâce aux sponsors qui financent des études parfois longues, grâce à Colette Battistini qui a créé toute cette structure de soutien aux fillettes de Jamrushinagar, GIFT et Un Toit à Bombay (UTAB). UTAB a rejoint aujourd’hui Hamap-Humanitaire, mais les préoccupations restent les mêmes, que l’on pourrait décliner sous le mantra : « Permettre aux jeunes filles de réaliser leurs rêves. »

269 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout