Rechercher
  • Dominique Hoeltgen

LE SLUM DE JAMRUSHI NAGAR, UN JOUR DE NOVEMBRE

19 novembre 2022

Un oisillon aux plumes colorées, un chaton de quelques mois et un chiot du même âge jouent entre cailloux et chiffons sur la terre grise devant la hutte de bambou et plastique noire. C’est le premier arrêt prévu lors d’une visite de membres de Bombay Accueil venus découvrir le bidonville de Jamrushi Nagar, là où vivent les protégées de Girls Inspired For Tomorrow. Entre huit et dix personnes ont pour maison cet abri qui pourrait être éphémère mais qui ne l’est guère. Retard ou changement de programme, personne n’est là dans la hutte sombre plantée au bout d’un bidonville de campagne. Seuls l’oisillon, le chaton et le chiot confirment que les lieux sont habités.



Marcher plus haut sur la colline, suivre le chemin qui serpente entre les pierrailles et les restes de plastique noir. Le petit groupe suit les guides d’un jour, Poonam, 17 ans, et Kalpana, 16 ans, deux grandes de GIFT. Un peu plus haut, Varsha vit avec sa mère, et toute sa famille. Devant l’habitation de plastique, dans ce qui pourrait être un jardin, de l’eau bout dans une grande gamelle. Il vaut mieux faire bouillir l’eau du puits avant de la boire. La mère de Varsha le sait bien. Varsha aussi. Ici les couleurs gomment la pauvreté. Le sari jaune et mauve de la femme au grand sourire fait oublier le bric et le broc qui règne alentour, les plastiques et les frippes qui sèchent au vent, les poubelles qui s’égrènent au ras du sol, les rats qui apprécient ce tout et n’importe quoi.



Quelques huttes plus loin, voilà la maison de Karuna. Seule sa maman est là avec son petit dernier. Bollywood n’est vraiment pas loin, ce qui permet de récupérer de belles affiches qui servent d’abri et de décoration. La chance ! Que ce soit au bidonville ou au day care center, musiques et danses de Bollywood ne laisse personne indifférent. Toutes nos petites et grandes filles en connaissent les rythmes par cœur.



Le bidonville de Jamrushi Nagar est un village où tout le monde se connait, où chacun sait ce qui se passe chez le voisin, où le soleil et les sourires camouflent (mal) cette pauvreté que beaucoup ne voudraient pas voir. Les couleurs aussi font office de repoussoir de misère. Taranum Sheik est très belle dans son ensemble vert pâle et rose. Mais sa mère lutte pour nourrir ses enfants. Le frère, muet, sait réparer les motos et les voitures. Mais le travail, à la tâche, ne suffit guère à remplir les gamelles familiales.





Dans la famille de Shweta, Payel (la grande à la chemise rose) vient aider à s’occuper des petits enfants. L’intérieur, comme toujours, est d’une grande propreté, les boites à riz et lentilles sont bien rangées. Elles ne sont pas toujours remplies !




Toutes les fillettes aidées par GIFT vivent ou ont vécu dans ce bidonville du nord de Mumbai. Début novembre, une quinzaine d’adhérents de Bombay Accueil sont venus découvrir les lieux et les actions menées par l’équipe indienne de GIFT, avec le soutien des associations françaises UTAB et HAMAP Humanitaire. Que de beaux échanges entre les Français, Belges, Italiens, nouveaux arrivants à Mumbai et nos gamines qui ont un espoir : sortir du bidonville, avoir un beau métier et découvrir le monde.


227 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout