Rechercher
  • Dominique Hoeltgen

Retour au village

5 mars 2021.


Udgir, c’est les vacances de rêve des jeunes filles de Gift ! C’est le retour dans le clan familial, les retrouvailles avec les grands-parents, les oncles et tantes restés à la campagne. Six jeunes filles ont fait le voyage, accompagnées de Sharda, la directrice de Gift, et Asha, travailleuse sociale, pour quatre jours de joies et de rencontres.


Après onze heures de train, le groupe a atteint Udgir, au fin fond du Maharashtra, près de la frontière du Karnataka. Surprise pour Sharda qui ne connaissait pas l’endroit : « c’est une vraie ville, avec des magasins grands et petits, des marchés où l’on trouve de tout, des écoles sur double étage, une usine de sucre, des marchands de produits agricoles, et même un parc avec piscine où les jeunes ont dansé dans l’eau fraîche. »

Les maisons en dur sont de véritables bungalows entourant des cours agréables. On est loin du bidonville de Bombay où vivent actuellement la plupart des filles suivies par Gift.


Leurs parents ont quitté la bourgade (une ville de 200 000 habitants tout de même), il y a des années, attirés par les feux de la métropole et les espoirs de travail. Nul ne leur avait dit qu’ils vivraient sous une bâche plastique soutenue de quelques bambous. Ils avaient ignoré les difficultés de la vie en ville, quand il faut nourrir sa famille et envoyer les enfants à l’école. Ils ont été victimes du mirage que vivent beaucoup de migrants de par le monde.



Asmita, Sushmita, Priyanka 6, Monali, Sandhya 2, Pratiskha 2, sont tellement ravies de retrouver Udgir et de revoir leurs familles qu’elles ont revêtu leurs plus beaux atours et se sont maquillées avec soin. « On voit bien mon rouge à lèvre sur la photo ? »


En rickshaw, elles ont fait le tour des familles. Elles sont allées chez les grands-parents de Sushmita, une maison en dur jouxtant une vaste cour. Tous deux sont gardiens de toilettes publiques, et fiers de l’être.


Elles ont visité la famille d’Asmita : son oncle handicapé est professeur à l’école. L’homme qui n’a plus l’usage de ses jambes conduit une voiture qui lui a été offerte par un collectif local.



Partout l’accueil a été chaleureux, avec abondance de snacks et de thés, et parfois même des plats de poulets au curry dégustés en famille. Elles ont retrouvé ces lieux où elles aiment revenir en vacances. Emotion teintée de larmes en revoyant une ancienne protégée de Gift, venue se marier à Udgir. Elles sont rares les jeunes filles à vouloir revenir vivre dans la cité familiale, même si on y trouve un « beauty parlor », même si on n’y porte pas de masque en ce moment. L’attrait de Bollywood demeure trop fort … Bollywood, ses chansons, ses danses, ses cinémas, son activité nuit et jour, et les rêves d’un avenir meilleur.


91 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout